[Offre de stage M2] Mises en œuvre différenciées des ZFE, une comparaison européenne

Description du stage

Structure : L’ENS de Lyon est une grande école scientifique et littéraire française. Elle forme à l’enseignement et à la recherche et accueille des laboratoires de recherche dans de nombreuses disciplines.

Le laboratoire de recherche Environnement Ville Société (UMR 5600 EVS) analyse dans une démarche d’interdisciplinarité les dynamiques de changement entre environnement, ville et société. Elles sont étudiées à la lumière des interactions entre acteurs et actants du changement, intégrant des entités de natures diverses, humaines ou non, pouvant conduire, interdire, orienter celui-ci.

Contexte du stage : projet Procycle, qui porte sur la transformation des politiques et des pratiques de mobilité dans une perspective d’écologisation de la production de l’espace.

Encadrement : Matthieu Adam, chargé de recherche en géographie sociale au CNRS (UMR EVS), Thomas Buhler, maître de conférences HDR en urbanisme et aménagement à l’Université de Franche-Comté (UMR ThéMA).

Lieu du stage : ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon + déplacements en France et à l’étranger probables

Type de stage : Master 2, temps complet (35h)

Durée du stage : 5 ou 6 mois

Gratification : selon la réglementation en vigueur (environ 550€/mois)

Sujet du stage et objectifs

Les zones à faibles émissions (ZFE) ou low emission zones sont un dispositif qui vise à améliorer la qualité de l’air en interdisant l’accès de certains espaces urbains aux véhicules les plus polluants (automobiles individuelles, utilitaires). Le niveau de pollution est évalué par des critères variables d’un pays à l’autre (en France, ce sont les vignettes Crit’Air qui fondent la hiérarchie entre véhicules).

La manière de définir la zone concernée change aussi d’une ville à l’autre : le périmètre d’exclusion des véhicules les plus polluants englobe le plus souvent le centre-ville et une zone péricentrale plus ou moins importante. Parfois, plusieurs périmètres excluant différentes typologies de véhicules sont mis en place. Un calendrier accompagne le plus souvent ces périmètres, dans une optique d’augmentation du niveau d’exigences au fur et à mesure du temps (par exemple jusqu’à l’exclusion totale des véhicules thermiques).

Si aucune réglementation européenne ne les impose aux villes des pays membres, l’Union européenne voit se déployer un nombre croissant de ces zones. Il y aurait environ 300 zones à faibles émissions actuellement en Europe, notamment en Allemagne, en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni (hors UE). En France, les 42 agglomérations de plus de 150 000 habitant·es devront envoyer avoir instauré une ZFE en 2025. 11 d’entre elles ont déjà franchi le pas dans des contextes urbains variés (Grand Paris, Rouen, Strasbourg, Grenoble, Montpellier, Lyon …).

La mise en œuvre de ces zones est très variable d’une ville à l’autre et d’un pays à l’autre. Outre les critères de pollution et de détermination des périmètres, les ZFE ne sont pas toujours argumentées de la même manière par les collectivités, ni assorties d’autres politiques (visant par exemple à faciliter l’accès à des véhicules électriques (pour les particuliers ou les professionnels) ou bien à accompagner le développement de mobilités alternatives à l’automobile (transport en commun, vélo, marche)). Ce faisant, elles révèlent les stratégies des collectivités territoriales pour envisager la transition écologique de leur système de mobilité ou simplement pour s’adapter à des évolutions réglementaires nationales.

Les ZFE font aussi l’objet de critiques (notamment sur le fondement de leur caractère écologique et sur les inégalités d’accès aux centres urbains qu’elles introduisent entre ménages aisés et pauvres), parfois portées par une opposition élue ou par des mouvements sociaux. Lors des votes ou des étapes de mise en œuvre, leur trajectoire est rarement linéaire, plus souvent marquée par des débats, des négociations, des évolutions ou des blocages, des tentatives de prendre en compte les critiques soulevées, des reculs ou des reports de calendrier. La couleur politique des élu·es, leurs convictions et l’équilibre politicien local, le système de mobilités de la ville avant l’instauration de la ZFE, sa sociologie et sa géographie sont autant de facteurs susceptibles d’expliquer de grandes variations.

L’objectif du stage sera de contribuer à un état des lieux comparatifs sur ces dispositifs, dans une perspective qui vise à analyser de façon critique l’écologisation en cours des politiques publiques de mobilité. L’étudiant·e recruté·e contribuera à un état des lieux des ZFE dans différents pays européens. Il s’agira d’abord de réaliser un relevé des différentes politiques mises en œuvre avant de sélectionner des cas particuliers jugés particulièrement intéressants, dans une perspective comparative. Ensuite, de creuser davantage ces cas. Pour ce faire, une partie consistera à l’étude à la fois de la presse, des documents de planification et des traces de débats dans les instances politiques. Une autre conduira l’étudiant·e à effectuer des entretiens – de visu ou en visio – avec les acteurs des cas d’études retenus. L’étudiant·e sera amené·e à affiner la problématique du stage et du mémoire à mesure que son travail d’analyse et de revue de littérature progressera, en lien avec les encadrants, et en fonction de ses intérêts singuliers.

Organisation du stage

Le stage sera encadré par Matthieu Adam et Thomas Buhler. L’étudiant·e sera intégré·e à l’équipe biogoéphile de l’UMR EVS, basée à l’ENS de Lyon. Il ou elle disposera d’un poste de travail dans un bureau partagé et d’un accès aux services du laboratoire. Les frais de terrain pour une mission courte à l’étranger seront pris en charge par le projet Procycle.

Si le ou la stagiaire souhaite continuer ensuite cette recherche en thèse, l’accompagnement du / de la stagiaire dans la recherche de financement sera possible dans la temporalité du stage.

Missions principales

  • Revue de littérature sur les ZFE (et autres réglementations comparables), dans les revues scientifiques francophones et anglophones ;
  • État des lieux par la presse généraliste et les documents de planification des trajectoires d’adoption, de contestation, d’évolution (avancées, reculs, reports) des ZFE dans un grand nombre de villes européennes (pays à définir en fonction des compétences linguistiques de l’étudiant·e recruté·e) afin de dégager des récurrences et des singularités ;
  • Choix de cas d’études spécifiques (en France et dans un pays étranger) pour affiner l’enquête en recourant à des méthodes qualitatives d’enquêtes. Entretiens auprès des acteurs pour affiner la compréhension de leurs stratégies, leurs choix, leurs façons de considérer et d’intégrer les critiques.
  • Missions de terrain sur un des terrains étrangers (ville à définir) et en France (probablement à Lyon et/ou à Saint-Étienne).
  • Mise en place des méthodes adaptées pour collecter et analyser les ressources documentaires, les trajectoires des ZFE (indicateurs à définir) et les discours des acteurs concernés (élu·es, fonctionnaires territoriaux, consultant·es, opposant·es) ;
  • Rédaction d’un mémoire académique et remise d’un corpus documentaire et d’entretiens.

Profil recherché

Étudiant·e en master 2 de géographie, aménagement et urbanisme, sociologie, science politique.

Compétences :

  • Intérêt pour la recherche en science sociale et les approches critiques ;
  • Intérêt pour les politiques de mobilité ;
  • Intérêt pour les approches comparatives ;
  • Connaissance et maîtrise des méthodes d’analyse documentaire et de recherche qualitative ;
  • Très bonne maîtrise de l’anglais et d’une autre langue (allemand, italien, espagnol) pour lire des articles scientifiques, des documents de planification et conduire des entretiens ;
  • Qualités rédactionnelles ;
  • Capacité à travailler en autonomie.

Candidatures

Si vous êtes intéressé·e, merci d’envoyer une lettre de motivation (une page maximum) et un CV à Matthieu Adam (matthieu.adam[chez]ens-lyon.fr) et Thomas Buhler (thomas.buhler[chez]univ-fcomte.fr).

Date limite de candidature : 20 novembre 2023

Illustration : Angeli’s Photography.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Matthieu Adam (9 octobre 2023). [Offre de stage M2] Mises en œuvre différenciées des ZFE, une comparaison européenne. Mobilités critiques. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://mc.hypotheses.org/159


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search